Par la loi du 06 août 1896, La France pris possession des îles du Canal de Mozambique: Juan de Nova, bassas de India et Europa. ces 3 îlots devinrent ainsi des satellites géographiques d'un territoire français de l'Océan Indien.

Après une possession symbolique, la présence réelle fut affirmée par le passage du croiseur Ecole: Jeanne d'Arc depuis 1933.

     ÎLE DE JUAN DE NOVA

D'après les textes de Alain Dupuis

Au début de l'aviation, Juan de Nova aura sauvé la vie de nombreux pilotes en leur offrant un terrain d'atterrissage de fortune. Le 8 décembre 1929, Un Farman 190 décolle de Tananarive pour faire route vers la côte du Mozambique. A bord trois hommes: le capitaine Marcel Goulette, l'adjudant-chef René Marchesseau et le sergent-chef Michel Bourgeois. Une fuite d'essence oblige l'équipage à poser l'appareil à Juan de Nova. Trois jours plus tard le navire Maréchal Galliéni embarque Goulette et Marchesseau, Bourgeois reste pour surveiller l'avion,il séjourne deux mois sur place et en profite avec l'aide des habitants pour aménager une piste de fortune.

Le 28 janvier 1930, un bateau ramène ses collègues.    Le 1er février 1930, le Farman 190 redécolle en direction de Tananarive.

 

Le Farman 190 consolide les réparations avant un nouveau départ pour la France. Le vol s'achèvera dans le Sahara.

Durant ce voyage, le 8 décembre 1929, au départ de Tananarive à Madagascar en direction de la France, l'avion en panne dû se poser sur l'Île de Juan de Nova. L'avion fut accidenté lors de l'atterrissage d'urgence.

 

Lors de cet accident de 1929, quelques courriers furent récupérés,l'un d'entre-eux est représenté sur le timbre à droite.

EN 1932

Maryse Hilz aux Îles Eparses.

Le 9 avril 1932, Maryse Hilz, alors âgée de 29 ans, entreprend un vol de Madagascar vers le Mozambique accompagnée de son mécanicien maurice Dronne. Son avion un Farman F 291 surnommé "Joe II", connait des difficultés de stabilité. Elle effectue un atterrissage forcé à Juan de Nova et passe 17 jours sur l'île avant de redécoller

Dans le journal "l'air" du 15 novembre 1932, Maryse Hilsz confie ses souvenirs.

"Mon séjour forcé dans l'île de Juan de Nova fut un enchantement. Je vous dois le récit de cette immobilisation sur cette mince bande de terre longue de 3 km et large à peine de 1500m. Je volais très haut au-dessus des flots verts et écumeux du canal de Mozambique, je distinguais à peine l'île presque invisible à l'horizon, lorsque j'éprouvais quelques difficultés de stabililité. je résolus de me poser c'était presque un miracle pour moi d'apercevoir cette planche de salut, exact par sa forme de ce nom. Cette île peu fréquentée se trouve en dehors des routes empruntées par les aviateurs. Je me posais sans mal et je n'eus pas, par la suite, à regretter ce séjour forcé dans cette île, je lui dois d'avoir vu un site enchanteur et aussi de ne pas avoir été le régal des nombreux requins que nous vîmes en reportant, sillonner les eaux.


QUITTONS L'AVIATION ET REVENONS SOUS TERRE

Ce fut le guano qui fit connaitre Juan de Nova, il fut exploité après la guerre de 1914. L'utilisation des wagonnets type Decazeville fut généralisé pour l'exploitation du Guano.

En 1923, on pouvait extraire 10.000 tonnes par an exportées vers Madagascar et ll'île Maurice grâce à un Wharf bien équipé. L'entreprise se maintient jusqu'en 1939, mais le ponton fut détruit pour empêcher la marine allemande de l'utiliser.

En 1951, Hector Patureau, ancien consul de France à Maurice, ressuscita l'île en construisant des cantonnements pour plus de 70 personnes, en créant quelques petites plantations de cocotiers et en exploitant de nouveau les mines De Guano.

L'appauvrissement scella sa fermeture en 1967.

A juan de Nova et à Europa, le vaguemestre est un gendarme qui assure d'autres fonctions.

Un détachement du 2° régiment de parachutistes d'infanterie de marine assura la présence française et la surveillance de ces 2 îles.

La surveillance maritime étant assurée par des navires de la Marine, voir document ci-dessous.

Un film réalisé par TF1 nous donnera quelques aspects de cet île du bout du monde, cliquer sur: JUAN;  ou

si vous désirez atterrir sur la piste de Juan, cliquer sur: PISTE


Ce document est un cachet premier jour, il ne signale pas le passage du Patrouilleur "Le Malin" à cette date à Juan de nova.

Le Malin passera à juan de Nova entre le 2 & 5 novembre 2011.    INFO

Pour connaitre l'historique du "MALIN" cliquer sur info ci-dessus.

Vous pouvez consulter un autre sujet en passant par le menu, cliquer sur les trois tirets en haut à gauche.